Pose clouée, collée ou flottante ? Un parquet en bois massif, contrecollé ou revêtement stratifié n’étant pas forcément compatibles avec chaque type de pose, il est indispensable de connaître la méthode de pose qui convient à vos conditions d’utilisation avant son achat. Pour vous aider à faire le bon choix nous vous proposons un récapitulatif des caractéristiques propres à chaque type de pose.

parquet

La pose clouée

Traditionnellement utilisée pour fixer les parquets en bois massif, la pose clouée est synonyme de confort et de longévité. Cette technique consiste à clouer les lames de bois sur des lambourdes (ou solives) et implique donc une surélévation du niveau du sol pouvant aller jusqu’à 10cm. En dépit des travaux importants que nécessite la pose clouée, elle offre un confort incomparable au toucher ainsi qu’une meilleure isolation phonique.

Seuls les parquets avec une couche d’usure très épaisse sont compatibles avec ce type de pose : majoritairement les parquets en bois massif (tous types d’essences) ainsi que certains parquets contrecollés. On dit généralement que les parquets cloués ont une très longue durée de vie car il est possible de poncer plusieurs fois la couche d’usure pour les rénover.

Cependant, la pose clouée est incompatible avec les systèmes de chauffage au sol et déconseillée dans les pièces humides.

La pose collée

Compatible avec un grand choix de parquet en bois massif et contrecollés, la pose collée est la seule qui convienne dans une pièce équipée d’un chauffage au sol. Les colles pour parquets permettent aujourd’hui de coller les lames sur presque n’importe quel support du moment qu’il est sec et sain (voir conditions d’utilisation sur les packagings des colles), réduisant ainsi la difficulté de mise en œuvre.

Assurant une stabilité du parquet équivalente à celle de la pose clouée, la pose collée est surtout connue pour être de loin la plus résistante aux variations hygrométriques, d’où sa compatibilité avec les sols chauffants et son utilisation recommandée dans les pièces humides.

La pose flottante

Méthode préférée des français, la pose flottante séduit avant tout par sa facilité de mise en œuvre. Au lieu de devoir fixer le parquet sur le sol, comme c’est le cas pour la pose clouée et collée, il suffit simplement d’emboiter les lames entres elles sur le revêtement existant : économies garanties.

Néanmoins, le fait que le parquet ne soit pas fixé au sol le rend moins stable et très sensible aux variations hygrométriques et il est donc déconseillé d’utiliser cette pose dans les pièces humides et les pièces disposant d’un système de chauffage au sol sous peine de voir les lames se déformer et se déplacer.

Seule solution possible pour les revêtements de sol stratifié, la pose flottante est également compatible avec une large sélection de parquet contrecollé et certains parquets en bois massif.